Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme

Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme

Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme
Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme
Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme
Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme

Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme
Magnifique Huile sur toile. Signée en bas à droite. Contresignée et titrée au dos par l’artiste. Rive gauche [Quai de Seine, Paris]. 46 x 55 cm. Very Beautiful Oil on canvas. Handsigned on the left, handsigned and titled on the back. Rive gauche [Quay of the Seine, Paris]. 18,1″ x 21,7″ in. C’est à Paris, dans cette Villa des Ternes chatoyante et cachée, où vit et travaille une multitude variée d’artistes, que l’on découvre Olivier Foss. Découvrir est bien le terme qui convient… Au fond d’une petite allée, un passage longeant des villas flanquées d’arbres, une voute obscure débouchant sur une courette où de modestes ateliers d’un étage se succèdent. C’est là, dans ce coin retiré situé à l’écart du bruit de la métropole, qu’habite le peintre Olivier Foss. De fait, la vie d’Olivier Foss apparaît très mouvementée bien que toujours marquée du signe spirituel. Né à Hanovre d’un père juge et professeur de philosophie et d’une mère artiste graveur, c’est tout naturellement qu’Olivier Foss a été porté vers les choses de l’esprit et la création artistique, non sans avoir été assailli auparavant par la tentation d’une alternative scientifique. Il fait ses études secondaires à Paris au Lycée Pasteur puis à Janson de Sailly, peint et dessine pendant ses heures de loisirs. Après l’obtention de son Baccalauréat, il suit les leçons d’un peintre cézannien dogmatique, Fritz Mühsam et travaille chez Paul Colin, dans la rue Monchanin. États-Unis Lorsque Olivier Foss arrive en Amérique, à New York, les peintres Jacoby et Annot avec qui il travaille, séduits déjà par les qualités qu’ils découvrent chez le jeune artiste, lui organisent sa première exposition au Riverside Museum. Sa seconde exposition particulière a lieu à la New School for Social Research et remporte un succès considérable. Mais son père, ne pouvant exercer sa profession de juge dans un pays étranger, a du mal à subvenir au besoin de toute la famille. Olivier Foss doit y contribuer tant bien que mal et se livre ainsi aux occupations les plus diverses. Il est successivement affichiste, illustrateur, décorateur de vitrines, ce qui ne l’empêche pas pour autant de s’adonner à la peinture, exposant toujours à New York, à la World’s Fair, au National Art Club, à la Alma Reed Gallery, tout en suivant des cours sous l’égide de Bridgman à la Art Students League de New York. Plus tard, il accepte la place de professeur d’Art à l’Université d’Elizabethtown, Lancaster County, Pennsylvania. Il peut ainsi, tout en continuant ses études, poursuivre sans contrainte, le travail qui le passionne tout autant, celui de la peinture. Après sa graduation avec honneur, il accepte une position de technicien de laboratoire au Women’s Hospital of Philadelphia, où il enseigne la bactériologie à une classe d’infirmières. Puis c’est à Bâle, en Suisse, qu’il poursuit ses études de médecine. France Mais l’art lui est une muse aussi fidèle qu’impitoyable et il se résoud enfin à ne plus lui résister. En quittant l’université de Bâle, Olivier Foss rompt définitivement avec les sciences afin de se consacrer entièrement à la peinture. De nouveau, il s’installe dans son atelier de la Villa des Ternes et expose chez Landy, à l’Atelier 5, rue Norvins et à la Galerie Hervé en 1950, suivi d’un séjour d’un an aux États-Unis de 1951 à 1952, le temps d’effectuer une tournée d’expositions particulières qui mènera l’artiste de New-York (Van Dieman Lilienfeld Gallery) à Philadelphie (David Coleman Gallery), puis de Boston à Palm beach. Mais c’est bien à Paris qu’Olivier Foss a trouvé définitivement le climat propice au plein épanouissement de son Art. Un art, qui tout en grandissant, modifie chaque jour son expression plastique au gré d’une pensée en perpétuelle évolution, fruit d’une profonde et intense vie intérieure qui agite les uns après les autres, les graves problèmes de l’existence humaine, problèmes qu’éveillent, comme par un choc en retour, chaque regard que le peintre pose autour de lui. Ne vivant que pour peindre, dans un univers intérieur qui n’appartient qu’à lui, peu soucieux des polémiques de chapelles et de l’agitation factice par laquelle essaient de se caractériser certains artistes, il apparaît naturel que sa formule d’expression se modifie sensiblement au fur et à mesure que ses conceptions plastiques évoluent en profondeur. Cheminement : Ses premières expositions parisiennes en 1949 et 1950 ont montré le point de départ de cette évolution. C’est là précisément, que sa formation à la fois scientifique et littéraire entre en jeu. Elle l’incite à faire une large place aux préoccupations intellectuelles, à organiser ses surfaces avec plus de rigueur, afin de n’exprimer que la quintessence de son émotion. Son esprit critique et son goût du symbole, le portent inlassablement vers la tragédie de la condition humaine. Tout est drame, pour qui explore la vie quotidienne qui l’entoure. Son exposition en 1953 à la Galerie Drouant-David sur le Faubourg Saint-Honoré à Paris, sous le titre : « Sommets et bas-fonds de la vie humaine » offrit un ensemble aussi vaste que varié de sa nouvelle facture. Olivier Foss y réussit à dominer la tâche qu’il s’est depuis longtemps assigné. Après les tâtonnements du début, après d’incessantes recherches, il est arrivé à la synthèse de ses émotions. Partant de l’expressionnisme réaliste du début, les longs cheminements de sa pensée et son goût de l’introspection l’ont conduit à la manière qui s’épanouit dans toute sa force, dans toute sa pureté. Amante de la Galerie de l’Art Moderne, rue la Boétie, se met en rapport avec l’artiste et lui offre un contrat. Il entreprend la diffusion de ses uvres à l’échelle internationale et lui organise des expositions particulières de 1956 à 1958, ainsi qu’à la Galerie Charpentier, Place Beauvau. Années soixante à soixante-dix Avec son camarade, Armand Nakache, il organise en 1961 une grande exposition commune sous le titre « Expressionnismes », au Musée Galliéra de Paris et après une exposition à la Galerie Fragonard à Metz, en 1962, c’est la Suisse qui offre à Olivier Foss plusieurs occasions de se manifester : notamment à la Galerie Goetz à Bâle en 1964, chez Zünd à Saint-Gallen la même année, puis à la Galerie Manuel à Bern en 1965, puis au Heimatmuseum de Rorschach en 1966. En 1968, lors de la mort de sa mère, le peintre rejoint son père, Martin Foss, professeur de Philosophie, à l’Université Quaker de Haverford, en Pennsylvanie. À cette occasion, il entreprend un cycle d’expositions commençant par New York, 57 e rue, à la Galerie Lesnick-Walter, puis à Philadelphie, à la Galerie Janet Fleisher. C’est là qu’il se voit sollicité pour la participation à un film produit par Raymond Stross. Olivier Foss peint un grand portrait de son épouse, l’actrice Anne Heywood, qui a connu un vaste succès dans « The Fox », et tourne lui-même à Venise, entouré par ses propres tableaux, dans le nouveau film de Stross : « Midas Run » aux côtés de Fred Astair. Simultanément Olivier Foss expose à la Galerie Paolo Barozzi, à Venise et toujours en 1968 chez Raymond Journet, au Festival de Canne, suivit par une grande exposition au Musée de l’Athénée à Genève. Rentré à Paris, c’est Christian-Gilbert Stiébel, grand admirateur du peintre, qui s’adresse à lui avec l’offre de le représenter dans sa galerie, rue du Faubourg Saint-Honoré, dorénavant en exclusivité. Olivier Foss accepte et expose chez lui de 1972 à 1974, année où paraît aux éditions Limes à Wiesbaden, sous le titre « Hinter der Maske » (Derrière le Masque) un recueil de poèmes du peintre, dont le penseur allemand Martin Heidegger écrivit que « le sourd langage contenu, exprime de la raison et incite à la réflexion ». Depuis les années soixante-dix En 1975, il ouvre sa première rétrospective au Stadt-theater de Saint-Gallen en Suisse. De retour à Paris, Olivier Foss expose en 1976 au Palais des Congrès à la Porte Maillot. Sa femme, Fidès, organise une exposition particulière de ses uvres récentes à la Galerie Île des Arts, rue Saint-Louis en L’Isle à Paris. Peu après se succèdent de nombreuses expositions en Suisse : chez Eugen Traber à Goldach et au Bankverein à Saint-Gallen en 1985, puis à Bad Horn et au Kurhaus de Walzenhausen en 1989. Plus tard, en 1994 on le retrouve à la Rathausgalerie de Goldach et chez Kurt Schär, expert helvétien d’Art moderne, à la Galerie Burkharthof, Neukirch, en 1996 et 1999. Après s’être voué à ses élèves, Olivier Foss se consacre entièrement à la création de vastes compositions dont les thèmes : « Après l’attaque », « La lutte avec l’ange », « Shoah », « Le fils prodigue », « Piéta » indiquent l’intérêt inlassable et passionné que l’artiste porte à la souffrance humaine sous tous ses aspects. Quel que soit le sentiment qu’il tente de nous transmettre, quels que soient les avatars dont il l’habille, le corps humain, pétri d’âme, reste présent avec une permanence, une insistance qui en fait le caractère dominant de son style. C’est une peinture profondément pensée, un message sincère d’une haute portée philosophique dont chaque élément s’intègre à un ensemble, où le drame est à son maximum d’intensité. Biography: We discovered Olivier Foss well tucked away within the most hidden section of the Villa des Ternes, a country like area in the very midst of Paris, where a multitude of artists live and work, undisturbed by distraction and noise of the metropolis. The interior of his atelier is dominated by a huge studio easle. Canvases, records and musical instruments are piled up on a large couch, on which now and then models pose for the artist, whereas the great number of books on the shelves made us guess that an alert and always prospecting spirit is at work within these walls, a spirit gradually formed and deepened by a great number of human experiences. In fact, the life or Olivier Foss has been rather turbulent. Born in Hanover as the son of a professor of philosophy and a teacher of graphical Arts, Olivier Foss has bathed in a somewhat cultural fluid since the very cradle, exposed, however, occasionally to the temptation of some scientific alternative. After his secondary education in Berlin at the Französische Gymnasium, in Paris at Lycée Pasteur and Lycée Janson de Sailly, Olivier Foss became the private student of the artist Fritz Mühsam, then of Paul Colin and of Dupas at the École Nationale Supérieure des Beaux Arts, Paris. LAlternative figurative ou la Jeune peinture. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les années 1950 en France sont caractérisées par lexpression dinterrogations existentielles, reflets de langoisse et des incertitudes dune humanité qui découvre létendue de lhorreur nazie, puis les désillusions de la guerre froide. Cette période révèle une nouvelle génération de peintres mûris précocement par les souffrances et les privations des années noires. Ils proposent une vision du monde où lHomme, et non lIdée, occupe une place centrale. Un demi-siècle a passé. Le temps est venu de rendre hommage à ces artistes, à ces collectionneurs, publics et privés, qui ont eu à cur de défendre une alternative figurative face à labstraction conquérante. Françoise Adnet, Paul Aïzpiri, Jean-Pierre Alaux, Guy Bardone, Richard Bellias, André Brasilier, Bernard Buffet, Jacques Busse, Jean-Marie Calmettes, Jean Chevolleau, Paul Collomb, Jean Commère, Jean Cortot, Daniel Dalmbert, Michel de Gallard, René Genis, Raymond Guerrier, Vincent Guignebert, Paul Guiramand, Camille Hilaire, Jean Jansem, Jacques Lagrange, Bernard Lorjou, Jean Marzelle, André Minaux, Marcel Mouly, Michel Patrix, Pierre-Henry , Jean Pollet, Raoul Pradier, Daniel Ravel, Paul Rebeyrolle, Claude Schürr, Michel Thompson, Maurice Verdier, Claude Weisbuch, Nouvelle Ecole de Paris. L’item « Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme » est en vente depuis le vendredi 24 novembre 2017. Il est dans la catégorie « Art, antiquités\Art du XXe, contemporain\Peintures ». Le vendeur est « galerie_d.art » et est localisé à/en Paris. Cet article peut être expédié aux pays suivants: Amérique, Europe, Asie, Australie.
  • Type: Huile
  • Période: XXème et contemporain
  • Genre: Expressionnisme
  • Thème: Paysage ville
  • Caractéristiques: Signé
  • Style: 1940-1960

Olivier FOSS (1920-2002) HsT Années 60 Quai de Seine Rive gauche Paris Fauvisme